Le canard au mental humain

le-canard-au-mental-humain-150929

 

Dans mon premier ouvrage, « Le pouvoir du moment présent », je mentionnais une observation du monde de la nature. En effet, après que deux canards se sont pris de bec, ce qui ne dure jamais très longtemps, ils se séparent et nagent dans des directions opposées. Chacun de leur côté, ils se mettent à battre vigoureusement des ailes à quelques reprises pour se débarrasser du surplus d’énergie qui s’est accumulé pendant la bataille. Une fois qu’ils ont fini de battre des ailes, ils se remettent à voguer en paix, comme si rien ne s’était jamais produit.

Si le canard avait un mental humain, il entretiendrait la bataille dans son esprit en pensant, en se racontant des histoires. Voici quelle serait l’histoire de ce canard.

« Je n’en reviens pas de ce qu’il vient de faire ! Il s’est approché de moi au point de me frôler ! Il pense que cet étang lui appartient ! Il n’a aucune considération pour mon espace privé. Je ne lui ferai plus jamais confiance. La prochaine fois, il essaiera autre chose pour m’embêter. Je suis sûr qu’il est déjà en train de manigancer quelque chose. Je ne me laisserai pas faire. Je vais lui donner une leçon qu’il n’oubliera pas de sitôt. »

Et le mental poursuit sa ronde infernale d’histoires, y pensant et en parlant encore pendant des jours, des mois ou des années plus tard. En ce qui concerne le corps, la bataille n’est pas finie et l’énergie qu’il génère en réaction à toutes ces pensées sont des émotions, qui à leur tour génèrent davantage de pensées. Ceci devient la pensée émotionnelle de l’ego. Vous pouvez facilement vous imaginer à quel point la vie du canard serait problématique s’il avait un mental humain. C’est pourtant ainsi que la plupart des humains vivent en permanence. Aucune situation et événement ne sont jamais vraiment finis pour eux puisque le mental et le « moi et mon histoire » créé par le mental les perpétuent.

Nous sommes une espèce qui s’est éloignée de son chemin et l’a perdu. Chaque chose de la nature, que ce soit une fleur, un arbre ou un animal a une leçon importante à nous apprendre, pour peu que nous nous arrêtions, que nous observions et que nous écoutions.

La leçon que le canard peut nous apprendre est la suivante : battons des ailes (laissons tomber l’histoire) et revenons au seul et unique lieu de pouvoir, le présent.

[Eckhart Tolle, °°Nouvelle Terre°°, p. 114-115]